jeudi Déc 09, 2021
Téléphone : +33.1.83.06.02.40

African Blackwood Conservation Project

2020 ABCP 2

2020 ABCP 2

VOIR L'ACTUALITÉ

African Blackwood Conservation Project a été fondé en 1996 par Sebastian Chuwa (aujourd’hui décédé), un botaniste de la région du Kilimanjaro en Tanzanie, et James Harris, un artiste du tournage sur bois des États-Unis. Ils ont été réunis par une émission télévisée produite par la BBC en 1992 intitulée « Mpingo – L’arbre qui fait de la musique ». Ce documentaire était le premier à se focaliser sur le Dalbergia melanoxylon, attirant l’attention de la communauté mondiale sur les menaces importantes qui pèsent sur sa survie future en raison de la surexploitation et du manque de mesures de conservation adéquates pour assurer sa conservation. Le film mettait en lumière les efforts de Sebastian pour attirer l’attention du public sur la situation critique de l’espèce dans le nord de la Tanzanie, où elle est éteinte commercialement, et rend compte de ses premiers efforts dans une pépinière pour élever des plants et replanter l’espèce dans des zones où elle avait autrefois prospéré. Présentant Sebastian au travail d’arrosage de certains de ses premiers semis de mpingo, il a commenté : « Mes 200 semis ne sont évidemment pas suffisants pour faire une grande différence par rapport à ce qui est perdu. Mais l’année prochaine, j’espère avoir 20 000 plants à planter. Il est essentiel pour moi d’agir maintenant plutôt que d’attendre le futur lorsque les choses auront atteint une crise. » Ce paradigme est depuis toujours à l’origine du travail d’ABCP.

Après avoir vu le programme aux États-Unis, James a contacté Sebastian par courrier postal et leur a suggéré de coordonner un programme ciblé sur l’espèce basée sur la replantation dans son aire de répartition d’origine et sur l’éducation du public afin de le sensibiliser à son statut de conservation précaire. En 1996, l’ABCP a commencé ses activités en établissant une pépinière appelée Moshi Mpingo Plot à Mijongweni, au sud de Moshi, où Sebastian vivait dans une région rurale de Moshi, près du village de Sungu. Depuis sa fondation, la pépinière a réussi à produire chaque année non seulement des milliers de semis de mpingo, mais également d’autres essences indigènes, dont certaines sont importantes sur le plan commercial et d’autres utilisées dans le pays. Ils ont été replantés dans des endroits protégés des prédateurs, tels que des superficies d’écoles, d’églises, de fermes privées et d’institutions publiques.

Cultiver Mpingo à la pépinière ABCP

Le Dalbergia melanoxylon a traditionnellement été considérée comme une espèce difficile à germer, à cultiver et à élever jusqu’à maturité. C’est peut-être une des raisons pour lesquelles il y a eu si peu d’efforts en pépinière en son nom. Après plusieurs années d’expérimentation, Sebastian a mis au point une méthode de sélection et de plantation judicieuse de graines de mpingo dans des pépinières à germer, avant de les transférer dans des pots jusqu’à l’âge de 18 mois environ, pendant lequel ils ont ancré une longue racine pivotante, assez fort et résistant à la sécheresse pour survivre. Ci-dessous, des photos prises sur la parcelle Moshi Mpingo, qui montrent les étapes suivies pour produire des plants en bonne santé.

https://www.blackwoodconservation.org/

 L'ACTUALITÉ DE L'ASSOCIATION ABCP

- Actualité Nov 2021 : Le don des adhérents de la CSFI - bilan de l’année 2020-2021 - recommandations

Pour rappel : L'African Blackwood Conservation Project (ABCP) est une ONG qui s'engage à jouer son rôle dans l'atténuation de l'impact et des effets du changement climatique de manière durable en Tanzanie, en encourageant l'adoption et la plantation d'espèces d'arbres économiquement viables tout en préservant l'environnement.

Le don des adhérents de la CSFI à ABCP

Depuis 2019, plusieurs adhérents de la CSFI se sont mobilisés pour aider l’association dans ses actions de plantation et de communication.  La CSFI ne joue pas de rôle d’intermédiaire financier mais discute avec les uns et les autres :  l’objectif est d’assurer à ABCP un soutien régulier sur lequel l’association sait qu’elle peut compter et d’échanger avec elle pour connaitre et suivre l’avancement de leurs actions et de leurs projets. En 2019, 2020 et 2021 la somme totale annuelle des dons à ABCP s’est élevée à 14 000 dollars environ chaque année.

L’association porteuse de ce projet tanzanien est basée au Texas. Après le décès de son fondateur James Harris à l’été 2020 nous dialoguons avec sa femme Bette Harris elle-même vieillissante qui a pris le relai pour voir comment structurer à moyen terme le soutien à ce magnifique projet.

Le bilan de l’année 2020-2021

La crise Covid a considérablement perturbé les actions de l’association avec l’annulation de la campagne de sensibilisation des écoles, des problèmes logistiques dans la distribution des plants, la fermeture des écoles qui n’a pas permis la plantation, etc.

Cependant, 40% de l'objectif prévu en 2019-20 a été atteint avec 2 673 plants de Mpingo (Dalbergia melanoxylon – Grenadille) et 569 plants autochtones distribués à la communauté

Voir le détail des actions de plantations (en anglais) – lien NL + rapport complet

Recommandations

L'exercice de plantation d'arbres est un parcours noble qui doit être promu et soutenu à tous les niveaux afin de contribuer à atténuer les effets du changement climatique. À cet égard, ABCP s'efforcera d'intensifier les efforts de sensibilisation afin d'atteindre et d'améliorer continuellement ses objectifs. Voici les recommandations que l’association souhaite proposer afin d’atteindre ses objectifs :

  • Promouvoir un programme de récompense scolaire pour que les élèves obtiennent des semis qu'ils peuvent rapporter à la maison et planter dans leurs fermes. Le système de récompense peut être modelé sur les performances académiques, la discipline, les sports, le leadership, etc. Cela conduira à une augmentation d'au moins 70 % du nombre d'arbres distribués aux communautés.
  • Afin d'augmenter l'adoption de l'exercice de plantation d'arbres, ABCP recommande d'introduire des arbres fruitiers comme l'avocat aux côtés des arbres primaires (Mpingo). Les arbres fruitiers favoriseront la facilité d'adoption de la population car ils mettent moins de temps à arriver à maturité et à produire, offrant ainsi une source tangible de revenus à la communauté. Ils auront également un impact significatif sur l'environnement.
  • En ce qui concerne la pandémie, ABCP s’efforce de veiller à ce que la communauté soit sensibilisée à la pandémie, y compris au respect des protocoles de l'OMS. Elle encouragera la communauté - notamment à travers les clubs environnementaux - à continuer à entretenir les arbres afin d'augmenter leur survie.