jeudi Oct 21, 2021
Téléphone : +33.1.83.06.02.40

Les enjeux pour la facture instrumentale lors de la 19ème session de la Conférence des Parties de la CITES

cites cop19 2

Nouveau cap pour la Cop19

Après l'annulation du Costa Rica, le Gouvernement du Panama et le Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) ont signé un accord officialisant l’offre du Panama d’accueillir la 19e session de la Conférence des Parties à la CITES (CoP19).
 
Le Panama sera donc l’hôte de cette importante assemblée, et la dix-neuvième session de la Conférence des Parties à la CITES aura lieu du 14 au 25 novembre 2022, dans le Panama Convention Center, dans la ville de Panama.

La CoP19 sera précédée puis suivie par les 75e et 76e réunions du Comité Permanent de la CITES.

Les 183 Parties (pays) à la CITES forment, collectivement, la Conférence des Parties. Tous les trois ans, la Conférence des Parties se réunit pour examiner l’application de la Convention. Ces sessions sont dénommées « CoP ».

La « CoP » est la session la plus importante dans le contexte de la CITES car les Parties y assument un ensemble considérable de tâches, notamment :

  • examiner les progrès de la conservation des espèces inscrites aux Annexes ;
  • débattre de propositions d’amendement des listes d’espèces figurant à l’Annexe I et à l’Annexe II ;
  • discuter de documents et rapports des Parties, du Comité permanent, du Comité pour les animaux, du Comité pour les plantes et du Secrétariat ;
  • recommander des mesures pour améliorer l’efficacité de la Convention, notamment la rédaction et l’adoption de résolutions et de décisions qui seront mises en œuvre par toutes les Parties, le Comité permanent, les comités scientifiques et le Secrétariat.

Les sessions de la Conférence des Parties se déroulent en présence non seulement des Parties à la CITES mais aussi d’observateurs, notamment les représentants d’organisations multilatérales et non gouvernementales, dont la CSFI fait partie, qui participent à la conservation et au commerce.

Info de dernière minute, le 23 septembre 2021 : La 74ème session du comité permanent (SC74) se tiendra en France pendant la 1ère quinzaine du mois de mars 2022. La date précise et le lieu nous seront communiqués prochainement par le secrétariat de la CITES.

Le site de la CITES : https://cites.org/fra

Les enjeux de la Cop19 pour la facture instrumentale

La CoP18 (en 2019) présentait un enjeu capital pour notre secteur, puisqu'il s'agissait d'obtenir une exemption pour les instruments de musique. En effet, nous avions subi de plein fouet lors de la Cop17 (2016), l'inscription à l'Annexe II de la CITES de tous les palissandres (dalbergia sauf nigra) et de trois espèces de bubinga (Gibourtia) avec les produits finis et donc les instruments de musique. Au vu des informations disponibles à ce jour, la Cop19 ne devrait pas être aussi problématique pour les fabricants d'instruments de musique.

En effet, suite aux différents groupes de travail CITES (voir ci-dessous) auxquels participent la CSFI et son partenaire européen la CAFIM, aucune nouvelle inscription d'une espèce de bois de lutherie intégrant les instruments de musique - en tant que produit fini - n'est prévue à ce jour.

Cependant, il faudra s'attendre à ce que certaines espèces de bois menacées, notamment africaines, utilisées en facture instrumentale, soient proposées pour une inscription à l'une des annexes de la CITES à cette Cop19. Pour l'heure, nous ne savons pas si ces inscriptions seront effectives et si elles seront accompagnées d'une annotation excluant les produits finis et donc les instruments de musique. (voir ci-dessous les espèces concernées)

Pour savoir quelles seront les nouvelles espèces inscrites et si les instruments de musique seront  concernés ou pas, il faudra attendre le vendredi 17 juin 2022, date butoir à laquelle les parties devront envoyer leurs propositions d'amendement aux annexes I ou II pour examen à la Cop19.
Mais contrairement à la Cop17, pour laquelle les fabricants d'instruments n'étaient pas informés et donc pas préparés du tout, la CSFI a acquis depuis 2016, avec ces partenaires internationaux du secteur musical, une expérience  et une expertise suffisantes grâce à une présence assidue aux comités et groupe de travail CITES, qui lui permettra de pouvoir réagir rapidement à toute éventualité similaire à la Cop17, comme ça a été le cas lors de la Cop18 et des comités qui l'ont précédée.

Les espèces utilisées dans la fabrication d'instruments de musique qui sont actuellement discutées dans les groupes de travail dans l'éventualité d'une inscription à l'une des annexes de la CITES :

- Baillonella toxisperma  :

  • Famille : Sapotacées
  • Nom(s) commun(s)  : Moabi
  • Statut UICN : Vulnérable
  • Aires de répartition : Angola (Cabinda); Cameroun; La République Démocratique du Congo; Gabon; Nigeria
  • Utilisations en facture instrumentale : notamment en guitare

Cette espèce est récupérée pour le commerce international qui est une menace grave pour la population.

- Khaya spp. (spp. = toutes les espèces du genre)

  • Famille : Meliaceae
  • Nom(s) commun(s)  : Acajou d'Afrique
  • Utilisations en facture instrumentale : notamment en guitare

Les cinq espèces suivantes ont été enregistrées comme étant globalement menacées dans la liste rouge de l'UICN en 1998 sur la base d'une exploitation intensive pour leur bois.

  • Khaya anthotheca - Statut UICN : vulnérable - Aires de répartition : Angola; Cameroun; La République Démocratique du Congo ; Côte d'Ivoire ; Ghana; Libéria; Malawi; Mozambique ; Nigeria; Sierra Leone;  République-Unie de Tanzanie; Ouganda; Zambie; Zimbabwe
  • Khaya ivorensis - Statut UICN : vulnérable - Aires de répartition : Angola; Cameroun; Côte d'Ivoire ; Gabon; Ghana; Libéria; Nigeria
  • Khaya grandifoliola - Statut UICN : vulnérable - Aires de répartition : Bénin; La République Démocratique du Congo ; Côte d'Ivoire ; Ghana; Guinée; Nigeria; Soudan du sud; Soudan; Aller; Ouganda
  • Khaya senegalensis - Statut UICN : vulnérable - Aires de répartition : Bénin; Burkina Faso; Cameroun; République centrafricaine; Tchad ; Côte d'Ivoire ; Gabon; Gambie; Ghana; Guinée; Guinée-Bissau ; Mali; Niger; Nigeria; Sénégal; Sierra Leone; Soudan du sud; Soudan; Aller; Ouganda
  • Khaya madagascariensis - Statut UICN : vulnérable - Aires de répartition : Comores ; Madagascar

- Populations de Diospyros spp. hors de Madagascar (spp. = toutes les espèces du genre)

  • Famille : Ebenaceae
  • Nom(s) commun(s)  : ébène
  • Statut UICN : En fonction de l'espèce : peu concernée jusqu'à en danger critique
  • Utilisations en facture instrumentale : plusieurs familles d'instruments de musique

Outre le fait qu'elles sont menacées, l'identification des espèces et de leur origine n'est pas possible sur la base de caractéristiques macroscopiques. Ainsi, la situation actuelle avec la protection CITES des populations malgaches (inscrites à l'annexe II depuis 2013) et l'absence de restrictions sur les populations restantes pourraient créer une faille pour le commerce illégal des ébènes malgaches.

- Guibourtia coleosperma

  • Famille : Fabaceae
  • Nom(s) commun(s)  : Faux Mopane
  • Statut UICN : peu concerné
  • Aires de répartition : Angola; le Botswana ; La République Démocratique du Congo ; Namibie ; Zambie; Zimbabwe
  • Utilisations en facture instrumentale : plusieurs familles d'instruments de musique

Cette espèce ne doit pas être distinguée des espèces du genre G. demeusei, G. pellegriniana et G. tessmannii inscrites à l'annexe II de la CITES sur la base de caractéristiques macroscopiques. Des cas de fausses déclarations ont été signalés.

- Espèces africaines du genre Pterocarpus spp. (spp. = toutes les espèces du genre)

  • Famille : Fabaceae
  • Nom(s) commun(s)  : plusieurs noms communs en fonction de l'espèce : Padouk d'Afrique, Kosso, Pau-sangue, etc.
  • Statut UICN : En fonction de l'espèce : peu concernée jusqu'à en danger
  • Aires de répartition : pays d'Afrique
  • Utilisations en facture instrumentale : plusieurs familles d'instruments de musique

En plus d'être menacé par le commerce international, les espèces non inscrites de ce genre ressemblent beaucoup aux espèces inscrites. Cela crée une faille dans le commerce illégal des espèces répertoriées.

- Afzelia spp. (spp. = toutes les espèces du genre)

  • Famille : Fabaceae
  • Nom(s) commun(s) : Afzelia, doussié
  • Statut UICN : En fonction de l'espèce : peu concernée jusqu'à en danger
  • Aires de répartition : pays d'Afrique et autres comme l'Indonésie, la Malaisie, Cambodge, Thailande, etc.
  • Utilisations en facture instrumentale : guitare & basse électrique

Autranella congolensis

  • Famille : Sapotacées
  • Nom commun : mukulungu
  • Statut UICN : En danger
  • Aires de répartition : Angola (Cabinda); Cameroun; République centrafricaine; La République Démocratique du Congo ; Gabon; Nigeria
  • Utilisations en facture instrumentale : percussions, guitares