jeudi Déc 09, 2021
Téléphone : +33.1.83.06.02.40

L'ITEMM et son pôle d'innovation à l'honneur

Le 14 octobre 2021 - En moins d'une semaine, deux prix ont été décernés à l'ITEMM - Institut technologique européen des métiers de la musique - pour son parcours et son travail au sein du centre de formation des apprentis et de son pôle d'innovation.


Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main®

Depuis 1999, la fondation Bettencourt Schueller œuvre en faveur des métiers d’art français.

Elle donne « des ailes aux talents » en valorisant les initiatives, les savoir-faire et les créations riches de sens et d’innovation avec le prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main®.

ITEMM prix Bettencourt 1Mardi 5 octobre 2021, l’ITEMM a reçu ce prix prestigieux – mention Parcours – qui récompense l’engagement de l’institut en faveur de la facture instrumentale.

« Parcours » met en valeur la capacité de l’ITEMM, de son équipe et de son bureau à se mobiliser pour entraîner ses apprenant.e.s et ses partenaires dans des projets d’avenir.

Cette distinction marque l’immense qualité du travail accompli par les équipes – pédagogie, recherche et administration – depuis presque 30 ans.

Elle permettra à l’ITEMM de développer de nouveaux projets innovants dans les mois à venir pour que perdure l’excellence de la facture instrumentale française.

Le pôle recherche et innovation de l’ITEMM mettra à profit ce soutien pour le développement de l’OpenLab, plateforme de connaissances et de ressources en ligne. Ce projet a pour objectif d’accompagner tous les professionnels de la facture instrumentale dans leurs transitions technologiques (prototypage virtuel, rapide et fabrication assistée par ordinateur) et écologiques (nouveaux matériaux, procédés de réparation).


PARIS GUITAR AWARDS, prix de l'innovation

PGF Adwards 2021Pour la première fois au Salon de la Belle Guitare du Paris Guitar Festival, deux prix ont été décernés aux exposants de l'édition 2021. Le 1er prix est celui du public qui a voté pour sa guitare “coup de cœur” au meilleur design : La Belle Guitare. C'est le luthier Fred Kopo qui a été récompensé (à gauche sur la photo).
 
Un deuxième prix, celui de l'innovation, a quant à lui été décerné par un jury de professionnels journalistes et guitaristes dont Jacques Carbonneaux est le président du jury (à droite sur la photo).
 
Pour l'ITEMM, c'est Etienne Emery (au milieu de la photo) qui était le représentant.
 
La décision du jury
La grande diversité des guitares exposées et des innovations présentées ont rendu la sélection des modèles pour délibération particulièrement difficile. Le jury a donc souhaité privilégier les projets œuvrant pour la transition écologique qui devient un enjeu capital pour l'avenir de notre planète et de notre société.
 
Le prix du jury a été décerné à l'unanimité au projet porté par l'ITEMM et son pôle d'innovation qui présentait une guitare acoustique folk réalisée de façon artisanale par la jeune luthière Juliette Barret. La particularité de cette guitare est qu'elle est dotée d'une table d'harmonie en matériau composite à base de fibre de lin - un matériau léger à croissance rapide - et qui procure à l'instrument un comportement acoustique pratiquement équivalent à l'épicéa qui est le bois le plus utilisé pour les tables de guitare acoustique. Ce matériau a été conçu et réalisé par l'équipe du pôle d'innovation de l'ITEMM dirigé par Romain Viala.
L'aspect écologique de ce projet réside dans le fait que l'épicéa est un bois dont les arbres sont de plus en plus victimes du scolyte, un insecte qui s'attaque aux arbres et en particulier aux épicéas. Le réchauffement climatique sans cesse croissant et la monoculture favorisent chaque année l'invasion de cet insecte qui jusque-là n'était pas un danger.  Les épicéas d'altitude - ceux qui sont utilisés comme bois de lutherie - étaient encore préservés il y a peu mais les forestiers de toute l'Europe constatent la prolifération incontrôlable de l'insecte et des dégâts qui détruisent peu à peu les épicéas.
 
La facture instrumentale doit patienter entre 2 et 4 siècles avant de prélever un épicéa de sa forêt afin d'obtenir un arbre suffisamment grand et large pour en faire des tables pour violons, violoncelles, contrebasses, guitares et pianos. Le renouvellement des épicéas à travers une sylviculture non monospécifique sera donc très long dans le temps et diminuera, de fait, la ressource disponible.
 
Le projet de l'ITEMM a donc pour objectif de proposer, dans un premier temps, à l'industrie de la guitare de substituer l'épicéa par ce matériau composite pour toutes les guitares d'études afin de préserver et de réserver la ressource bois aux guitares artisanales et haut de gamme.
 
Compte-tenu des enjeux sans précédent qui pèsent sur toutes les ressources naturelles et nos forêts, il nous a semblé pertinent d'attribuer le prix de l'innovation à ce projet que nous souhaitons, de cette façon, soutenir de tous nos vœux !
 
Complément d'information sur le matériau composite en substitut à l'épicéa
 
18 RST 7274"Il s'agit de matériau composite, c'est-à-dire une association de plusieurs matières qui ensemble ont des propriétés supérieures à chacune prise séparément.
Cela consiste en plusieurs couches de lin, un matériau léger à croissance rapide (ici du Paulownia, mais cela peut être du balsa, mais aussi des mousses de plastique recyclé voire du polystyrène), et en dernière couche, un placage en bois déroulé ou tranché, une façon de prélever avec peu de perte de matière.
Le tout est enrobé dans une matrice qui va coller chaque pli ensemble. La matrice est composée d'une résine et d'un durcisseur, très réactifs, qui vont réagir ensemble et se stabiliser dans la forme finale.
 
Cette réaction a lieu à température ambiante. Devant le très grand nombre de possibilités lorsque l'on fabrique une matière à partir de briques élémentaires, nous avons utilisé une méthode qui permettait à l'avance d'anticiper le comportement vibratoire des tables d'harmonie.
Pour cela nous essayons de copier le comportement mécanique d'une table en épicéa, en tout cas essayer d'y être aussi proche que possible, suffisamment pour que cela ne choque pas. Cette approche s'appelle le prototypage virtuel. Nous obtenons ensuite un ensemble de recettes possibles adéquates.
 
Cinq instruments ont été réalisés par la section guitare de l'ITEMM. C'est le chiffre minimum pour pouvoir ensuite faire des comparaisons statistiquement valables, lors de la comparaison avec cinq autres guitares qui seront en bois.
 
L'objectif est de vérifier si les musiciens peuvent faire la différence ou non. L'ITEMM travaille actuellement sur la comparaison quantitative entre les composites et le bois massif, du point de vue économique, énergétique, écologique, durabilité, résistance, réparabilité, faisabilité, etc." par Romain Viala - responsable du pôle innovation de l'ITEMM

Etienne Emery - luthier formateur à l'ITEMM section guitare - Jean-Michel Proust : directeur du Paris Guitar Festival - Pablo Canteloup : responsable du Salon de la Belle Guitare - Jacques Carbonneaux : APLG, CSFI et co-fondateur du Salon de la Belle Guitare